Contacter l'équipe Passerelle

Via
le formulaire
Par téléphone au 0 820 22 36 15*
*Numéro indigo 0,09€ TTC/min depuis un poste fixe
  1. Home
  2. S'orienter
  3. Zoom sur le concours Programme Grande École avec Françoise Roudier
S'orienter

Zoom sur le concours Programme Grande École avec Françoise Roudier

Questions à Françoise Roudier, Directeur Général du Groupe ESC Clermont et Vice-présidente de l’association Passerelle, en charge de la pédagogie du concours.

Quel est le profil des candidats au concours ?

Le concours Passerelle Programme Grande Ecole est destiné aux étudiants titulaires d’un diplôme de niveau BAC+2 (Passerelle 1) ou BAC+3/4 (Passerelle 2), qui souhaitent poursuive leur formation en Grande Ecole de Management.
En 2019, voici la répartition des candidats sur les principaux diplômes éligibles : 

Si le concours Passerelle source ses candidats et ses intégrés dans des filières post Bac historiques (BTS, DUT, licence en particulier), on observe une plus grande diversité des cursus réalisés, tendance confirmée lors du Concours 2019 : classes préparatoires (scientifique, ATS, ENS), jeunes diplômés des programmes Bachelor des Grandes Ecoles et candidats internationaux.

Quelles sont les nouveautés apportées aux épreuves du concours cette année ?

Le concours comporte, comme l’an dernier, trois épreuves écrites : l’épreuve au choix, la synthèse et l’anglais. Seule l’épreuve de synthèse est une épreuve rédigée. Les autres sont des QCM, avec une plus grande variété de formats de questions que l’année dernière : questions à choix unique ou multiple, questions classées, questions vrai/faux, questions zonées, questions à réponses courtes ou numériques.

Nous avons aussi révisé la liste des épreuves au choix pour proposer aux candidats 10 disciplines : Calcul et raisonnement, Culture générale et littéraire, Economie, Droit, Espagnol, Géopolitique, Gestion-comptabilité, Marketing, Négociation commerciale, Sport et société.
Concernant l’épreuve de synthèse, nous avons fait le choix de revenir à une épreuve de 2 heures, sans QCM, considérant les observations des parties prenantes du concours (responsables de formations, professeurs, candidats) et les objectifs de l’épreuve.

Les épreuves de Synthèse et de Marketing sont proposées en langue anglaise pour les étudiants qui estiment avoir en expression écrite un meilleur niveau en langue anglaise qu’en langue française. C’est notamment le cas d’étudiants internationaux non francophones qui ont effectué leurs premières années d’études supérieures en France, ou bien celui de candidats français ayant effectué tout ou partie de leur scolarité à l’international, dans des pays non francophones. Concernant l’épreuve d’anglais, nous avons maintenu son format initial, soit un QCM d’une durée de 1 heure et 15 minutes.

Les étudiants se demandent souvent quelles sont les compétences attendues par les Grandes Ecoles. Que cherchez-vous à mesurer à travers les épreuves du concours Passerelle ?

Avec cette typologie d’épreuves, nos dix écoles cherchent à vérifier le socle de connaissances académiques des candidats, socle acquis durant les premières années d’études post BAC. Nous avons également pour objectif de vérifier leur capacité de raisonnement, leur capacité à structurer leur pensée, à maîtriser les concepts, à retranscrire des idées ou encore à appliquer une méthode.

Concernant l’anglais, nous attendons un niveau B2 minimum mais visons plutôt un niveau C1, l’objectif de nos écoles étant que les étudiants aient une pratique courante de la langue à leur arrivée sur le marché du travail, post Master. Si les expériences vécues à l’étranger durant leur cursus en école (en semestre ou double diplôme chez un partenaire) contribuent largement à cet objectif d’anglais professionnel, un bon niveau ex-ante des candidats est requis.

Pratiquement, nous offrons un dispositif ad ’hoc de préparation aux épreuves, dispositif enrichi au fil des années. Les candidats ont en particulier accès aux syllabus des épreuves, une étape importante pour à la fois bien choisir l’épreuve au choix, et comprendre les objectifs et programme référent de chaque épreuve.

A l’oral, lors des entretiens individuels, nous nous intéressons aux compétences « professionnelles » du candidat, sa capacité d’adaptation au terrain, son épanouissement dans des jobs d’été ou des stages, son enrichissement dans des activités associatives. L’évaluation des soft skills (comportement, savoir-être, savoir-vivre, etc.) fait également partie des critères importants de sélection des meilleurs candidats pour intégrer l’une de nos écoles.

Comment la digitalisation du concours a-t-elle fait évoluer la conception des sujets et la correction des épreuves ?

La digitalisation facilite les étapes de conception des sujets et de correction des copies, dans des conditions de sécurité et de confidentialité optimales. En effet, les concepteurs conçoivent leurs sujets directement dans la plateforme depuis laquelle les candidats composent. Quant à la correction automatisée, elle permet des gains de temps notables pour produire les notes des candidats. A la marge, elle rend possible a posteriori la notation, par exemple en neutralisant une question qui n’aurait été réussie que par une infime minorité de candidats.

Dans l’ensemble, la digitalisation du concours a permis de gagner en agilité et en fiabilité via la suppression de tous les travaux d’impression, de tri et de manutention des sujets et des copies liés à la tenue des épreuves écrites.

La digitalisation a-t-elle eu un impact sur les notes des candidats en 2019 ? 

Non, la digitalisation n’a pas impacté les notes des candidats car les moyennes obtenues en 2019 à chaque épreuve ont été sensiblement les mêmes que les moyennes obtenues les années précédentes.

Pour finir, qu’attendent les écoles de leurs recrutements d’étudiants en admissions parallèles ?

Le marché de l’emploi s’internationalise et évolue vers plus de diversité, dans tous les sens du terme. Les recruteurs cherchent désormais à intégrer dans leurs équipes des profils variés au sein de leurs équipes, adaptables et capables de s’intégrer dans des univers multiculturels. Grâce aux admissions parallèles et à l’hybridation des promotions en Programme Grande Ecole, les écoles préparent efficacement leurs étudiants à leur entrée dans le monde professionnel et, ce faisant, répondent aux attentes des entreprises et des organisations.